Vins d'Alsace
présente

Vendanges avec la Confrérie des Bienheureux de Dambach-la-Ville

Les vendanges à l'ancienne dans la tradition de la Confrérie

En pleine saison de vendanges en Alsace, la Confrérie des Bienheureux de Dambach nous a accueilli sous un beau soleil pour nous initier à la récolte, puis le pressage des raisins qui servent à produire la cuvée Bienheureuse sur les coteaux proches du Grand Cru Frankstein.

Les vendangeurs et curieux se retrouvent sur la place de l’Hôtel de ville, attirés par les chants de la Confrérie et le vieux pressoir amené pour l’occasion. Quelques personnalités féminines du vin d’Alsace sont présentes : Nina, Miss Granit 2016, Marine, dauphine de la Reine des vins d’Alsace 2016, Marine, Reine des vins d’Alsace 2014.

Sous l’impulsion du Grand Vénérable et sa clochette, le cortège s’élance pour rejoindre la parcelle située sur les hauteurs du village. Ophasia, la jument de Michel, est partie au galop à travers les ruelles en tirant la carriole équipée d’une cuve qui transportera le raisin.

Nous atteignons les vignes de la Confrérie conduite comme au Moyen Age : complantation – mélange de cépages – et en quenouille, c’est-à-dire qu’elle est ligaturé sur un poteau en bois.

Le Grand Vénérable passe quelques recommandations même si certains savent déjà comment ne pas se couper les doigts en maniant le sécateur. Des habitués venus de contrées lointaines : USA, Finlande et Australie et de nombreuses régions françaises : Normandie, Picardie, Charente.

« Nous venons du Nord depuis 3 ans pour vendanger à Dambach » lance un homme qui coupe grappe après grappe.

drinkalsace-vendanges-dambach-phase1-jpk-900x600-6737
drinkalsace-vendanges-dambach-phase1-jpk-900x600-6761
123

L’Odyssée du Cheval

La cuve est pleine, il est temps de redescendre au village et Ophasia ne se fait pas prier pour dévaler la pente au galop, manquant de peu de renverser grappes et hommes.

En images, la drôle d’aventure du cocher et de sa monture :

L’entrée dans les ruelles du village se fait au pas et nous poursuivons les discussions entamées dans la vigne.

123

Le pressurage

Un autre travail nous attend sur la place. Il y a de l’embauche de bras ! Il s’agit de vider la cuve pour remplir le pressoir. Et cela va se faire à l’ancienne, en créant une chaîne humaine pour manipuler les seaux pleins dans un sens et vides au retour.

drinkalsace-vendanges-dambach-pressurage-jpk-900x600-6985
drinkalsace-vendanges-dambach-pressurage-jpk-900x600-6900

Une fois le raisin en place, place au foulage aux pieds réalisé de pieds de maître par Marine. Un valeureux Bienheureux l’emportera dans ses bras jusqu’à la fontaine ou elle pourra se nettoyer les pieds avec l’eau du Frankstein.

Le jus coule sous la pression du plateau du pressoir. Il est possible de le goûter accompagné d’une tartine de fromage blanc. Nous pouvons aussi nous délecter de la Bienheureuse 2014 qui possède une belle acidité. Pas ou peu de 2015 puisque la grêle avait ravagé une grosse partie des raisins.

Les 4 cépages du Grand Cru entre dans la composition de cette cuvée : Pinot Gris, Muscat, Gewurztraminer et Riesling. La production est en général d’environ 150 à 200 litres.

Une belle après-midi organisée par la Confrérie des Bienheureux de Dambach qui existe depuis 1990 avec  une trentaine de membres actifs et d’autres en veille. On reviendra les voir pour l’ouverture de l’oenothèque prévue courant 2017.

Un reportage signé

Textes : Cyril Roux

Photos & légendes : Jean-Paul Krebs