Vins d'Alsace
présente

Tous les verres d’Alsace ont-ils les pieds verts ?

Focus sur les particularités des verres à vin d'Alsace

Temps de lecture: 5 min
Lorene Di Michele Chargée de communication Le 6 février 2017
Lorene Di Michele - Chargée de communication

Avez-vous déjà réfléchi à cela ? Je m’en suis occupée pour vous. J’ai toujours aimé la belle vaisselle, cette passion plus qu’étrange me vaut des armoires pleines à craquer. J’apprécie particulièrement les verres, j’aime pouvoir les assortir à chaque usage. Cela afin de profiter pleinement de la brillance d’un vin et de la finesse de ses arômes.

Mais, revenons-en à notre histoire : en Alsace pourquoi avons-nous cette habitude de boire nos vins dans des verres verts ? Pur particularisme alsacien ou volonté technique réelle ?

Une histoire de verre

Jusqu’au Moyen-âge, de nombreux types de récipients ont été utilisés pour contenir le vin : plomb, argent ou encore poterie. Ce n’est qu’à partir du XIIIe siècle que les premiers verres à vin… en verre sont fabriqués à Venise, Murano exactement. La renommée des verres vénitiens s’étend dans toute l’Europe.

Après la découverte du cristal par les Anglais, les verres deviennent plus solides et plus sophistiqués. Les premières cristalleries (Saint-Louis, Baccarat…) font leur apparition, mais ce n’est qu’à la révolution industrielle que la production de verres, mécanique et automatisée, en Europe, voit le jour. Le verre à vin se démocratise et devient un objet du quotidien. Chaque région développe alors sa propre ligne : coupe de champagne, verre à bourgogne, verre à bordeaux et… verre alsacien.

© elpev
© Elpev

UNE DÉGUSTATION BIEN VERTE !

Alors pourquoi la couleur verte ? L’histoire est simple, dans les caves, les dégustations se faisaient dans de petits gobelets « Rutscherle » de couleur verte. La potasse, utilisée dans la fabrication du verre, était de teinte verte, c’est donc elle qui donnait cet aspect aux gobelets. La robe du vin dissimulée permettait de masquer les particules en suspension qui venaient troubler la limpidité du vin. Un cache-misère finalement !

L’ancêtre du verre à vin d’Alsace se développe au XVIIe siècle. Il s’agit d’un verre rhénan le « Roemer ». Sa partie haute est verte en forme de tonneau, sa jambe est creuse et son pied évasé. Notre actuel verre alsacien prend ses origines au XIXe siècle. Le verre à pied ne s’est d’ailleurs pas imposé d’emblée dans les maisons. Considéré comme trop fragile, cher et raffiné, il n’a longtemps orné que les tables de fête.

De l’objet décoratif à la technique

Le verre alsacien n’est pourtant pas idéal pour la dégustation. Trop petit, il est difficile à manier pour oxygéner son vin. Jusque dans les années 50, le verre à vin reste uniquement décoratif.

C’est Claus Riedel, un verrier autrichien, qui va changer la donne en présentant une série de verres spécifiques destinés à la dégustation. La France créée ainsi son premier verre à vin standard le verre INAO en 1970. Homologué par l’AFNOR, il permet d’établir un consensus dans le monde du vin grâce à sa forme qui facilite la concentration des arômes.

Bien que très utilisé en dégustation par les vignerons et les professionnels, le verre INAO n’est pas très harmonieux sur une table. L’équipe du restaurant « Au crocodile » à Strasbourg décide donc de dessiner un verre mariant les arts de la table à celui de la dégustation. C’est la naissance du « Grand Sommelier Jung » ! Le vin peut s’exprimer dans le verre grâce à une base large tandis que ses arômes se concentrent au sommet. Le pied est long et élancé, mais toujours transparent pour ne pas altérer la couleur du vin. Un design épuré et sobre qui apporte de surcroit une belle qualité à la dégustation.

muscat-copyrightcreationsetoile-conseilvinsalsace
© Créations Etoile

L’Alsacien Serge Dubs, ancien meilleur sommelier du monde (1989), a réalisé, pour la cristallerie de Portieux, un verre de dégustation unique qui concentre les arômes spécifiques des cépages. Cependant, ce verre reste assez rare et difficile à trouver.

Pour les plus pétillants d’entre nous, il vous reste les flûtes à crémant dans lesquelles vous pourrez savourer ces fines bulles.

Vous l’aurez compris, les classiques verres alsaciens de couleur verte sont profondément ancrés dans la tradition vigneronne alsacienne. Raison pour laquelle ils sont tant appréciés et encore très présents sur les tables des Winstub. Mais les verres à pied transparents, fins et élancés, vous permettront de déguster votre nectar dans de bien meilleures conditions, sans altérer la couleur originelle du vin, afin d’apprécier pleinement sa brillance et la finesse de ses arômes ! 

Un reportage signé

Texte : Lorène