Vins d'Alsace
présente

Clos Lucas, le vin sophrologue

Vous verrez pourquoi en avançant dans la lecture du reportage ...

Christian Tawil Cadre Commercial Le 11 mars 2019
Christian Tawil - Cadre Commercial

Une définition du mot Clos…

Clos : parcelle de vigne entourée d’un mur de pierre sèche avec deux entrées (en Bourgogne) l’une pour les voitures à cheval et l’autre pour le vigneron….
Le décret du 4 mai 2012 relatif à l’étiquetage des produits vitivinicoles rappelle que les mentions « château », « clos », « cru »et « hospices » sont réservées aux vins d’appellation d’origine protégée lorsque les vins sont issus de raisins récoltés sur les parcelles de l’exploitation et vinifiés dans la dite exploitation….
Le qualificatif de Clos fait rêver, aussi la réglementation empêche l’utilisation de ce terme comme argument marketing au détriment de l’historicité authentique d’un Clos, souvent cité dès le Moyen Âge dans les ouvrages des chroniqueurs…
N’est pas Clos qui veut …

L'entrée du Clos Lucas, monopole du Domaine Emile BEYER à Eguisheim

1389 – Charles VI règne sur la France, réorganise la justice et l’administration royale, la guerre civile éclate entre les Armagnacs partisans du Duc D’Orléans et les Bourguignons partisans du Duc de Bourgogne, suivie de la guerre avec Henri V d’Angleterre … L’Alsace fera partie du Saint Empire Romain Germanique à partir du IXème siècle jusqu’à son rattachement à la France en 1648.
A partir du XIIème siècle, l’artisanat et le commerce se développent, Strasbourg se libère de la tutelle de son évêque et acquiert en 1262 le titre de « ville libre ». En 1354, les villes de Munster, Turckheim, Kaysersberg, Sélestat, Obernai, Rosheim, Wissembourg, Haguenau, Colmar et Mulhouse s’unissent pour former une ligue, la Décapole, qui se place sous la protection impériale, tout en conservant son autonomie.

C’est dans la même année 1389 qu’est fait mention, pour la première fois, des parcelles propriétés des Augustins de l’Abbaye de Marbach, le futur Clos Lucas ….
Les parcelles jouxtent les possessions des seigneurs de Ribeaupierre et les biens du chapitre de la cathédrale de Strasbourg …. Les grands de l’époque savaient par intuition et bon gout choisir les meilleures terres du vignoble d’Alsace, les plus réputées du Saint – Empire romain germanique.
Déjà Grand Cru en 1792 …

En 1792, Lucas Beyer en fait l’acquisition lors de la vente des biens nationaux selon le décret du 2 novembre 1789, il a bon nez, car ses parcelles se situent avec 200 ans d’avance dans la zone géographique des futurs Grands Crus d’Alsace et deviendront le Clos Lucas.
L’extension de la surface du futur Clos se poursuit de génération en génération avec Émile Beyer, puis Luc Beyer, pour atteindre aujourd’hui une surface de 2 hectares et demi, dont un hectare et demi de Riesling dans la partie basse, et un hectare en Pinot Noir sis dans la partie haute.
La pratique culturale, sur des pentes de 35%, opte pour une densité de plantation de 8000 pieds / hectare, avec 12 sélections massales sur deux portes-greffes, afin de donner aux futurs vins toute la complexité souhaitée. Le rendement moyen se situe entre 30 à 35 hectolitres / hectare.

Le Grand lézard vert comme locataire …

Le grand lézard vert promène sa nonchalance au milieu des origans sauvages et des géraniums sanguins, poussant de manière optimale sur des sols calcaires. Ce terroir marno-calcaire se situe sur un coteau au cœur du Grand Cru Pfersigberg, lieu-dit cadastral Sundel, l’exposition s’entend plein sud ouvrant sur la vallée du Bechtal.
L’amplitude thermique profite aux vins, avec un air froid descendant de la montagne, les raisins bénéficient d’une maturation lente, la complexité aromatique, l’acidité idéale, la fraicheur seront au rendez-vous ….. Le tout en biodynamie.
Sophrologie à 350 mètres d’altitude …

« Ici et maintenant, hic et nunc.»

Une chapelle est visible au milieu du Clos que traverse une faille, récemment une séance de sophrologie s’est tenue en petit comité en ce lieu, tous les participants ont ressenti une réelle sensation de bien – être réel, de détente, de prise de distance par rapport au quotidien souvent mouvementé ….
Le mot Sophrologie date des années 1960, il est attribué au jeune psychiatre espagnol d’origine colombienne, Alfonso Caycedo. En 1965, Caycedo part en Orient pour un voyage de 2 ans. De retour en Espagne, il met au point les relaxations dynamiques du 1er, du 2e et du 3e degré. Chacune d’elles s’inspire d’un des 3 grands courants orientaux. La sophrologie connaitra un succès mondial avec entre autres sa fameuse devise. « Ici et maintenant, hic et nunc.»

Valérie et Christian Beyer investissent amour et énergie dans la naissance du Clos Lucas

En 2010, Valérie et Christian Beyer investissent amour et énergie dans la naissance du Clos Lucas, persuadés de l’unicité du lieu, de sa force de vie, de son concentré de spiritualité … C’est leur projet de vie et le projet de toute une vie … Symbole de l’ambition et de l’identité de l’Alsace de produire des Grands vins de rangs mondiaux. La citation de Saint-Augustin leur sied parfaitement : « Laisse les racines de l’amour pousser en toi, car de ses racines ne peuvent fleurir que de bonnes choses ». Laissons fleurir les vins du Clos Lucas dont le premier millésime est attendu en 2020. Plus que du Vin….

Pour Valérie et Christian, les vins du Clos Lucas sont la synthèse du Pfersigberg idéal, des vins alliant élégance, finesse, salinité, avec un profil aromatique de fruits jaunes et de pêche pour le Riesling de grande longévité, et un profil de grand Pinot – Noir d’Alsace dans la tradition des vins du Sundel réunissant finesse, élégance, acidité adéquate. La trame des vins bourguignons s’y retrouve également avec l’identité alsacienne en plus .…

Je me fais la réflexion suivante : Les futurs clients du Clos Lucas ont de la chance, même une double chance, celle de déguster de grands vins originaux rouges et blancs, et celle d’ingérer ainsi les particules liquides de l’énergie du lieu …. C’est pour cela qu’on peut qualifier les vins du Clos Lucas, sans aucun doute les premiers en France, de vins sophrologues…

Fiche d’identité du Domaine :

  • 17 ha de vignes : 30 % en Grand Cru dont 2.5 ha pour le Clos Lucas Beyer ; 20 % en lieu-dit.
  • Encépagement : Riesling (35 %), Gewurztraminer ( 20 %), Pinot Gris (20 %), Pinot Noir (10 %), Pinot Blanc (10 %), Sylvaner, Muscat d’Alsace (5 %)
  • Environ 100 000 bouteilles vendues par an