Vins d'Alsace
présente

Histoire de Clos en Alsace : les Terres Brunes

Christian Tawil Cadre Commercial Le 5 décembre 2018
Christian Tawil - Cadre Commercial

Clos : parcelle de vigne entourée d’un mur de pierre sèche avec deux entrées (en Bourgogne) l’une pour les voitures à cheval et l’autre pour le vigneron.
Le décret du 4 mai 2012 relatif à l’étiquetage des produits vitivinicoles rappelle que les mentions « château », « clos », « cru » et « hospices » sont réservés aux vins d’appellation d’origine protégée lorsque les vins sont issus de raisins récoltés sur les parcelles de l’exploitation, et vinifiés dans ladite exploitation.

Le qualificatif de Clos fait rêver, aussi la réglementation empêche l’utilisation de ce terme comme argument marketing, au profit de l’historicité authentique d’un Clos, souvent cité dès le moyen âges dans les ouvrages des chroniqueurs.
N’est pas Clos qui veut…

Pierre Corneille dixit : « Aux âmes bien nées. La valeur n’attend pas le nombre des années ». Ce pourrait être la devise de Jean-Pierre Siegler lorsqu’il crée le Clos des Terres Brunes en 1960.

Le Clos des Terres Brunes, au coeur du village de Mittelwihr !

Dans un premier temps, il affecte la récolte du Clos au vin dénommé « Gentil » Vin d’assemblage constitué au minimum de 50% de Riesling, Muscat, Pinot Gris et / ou Gewurztraminer).

Hugues et Marie-Josée, son épouse sont à l’origine du premier millésime du Clos des Terres Brunes en 1980. A cette occasion, ils francisent son nom d’origine alsacienne « Brunacker » lieu – dit cadastral en Clos des Terres Brunes.

C’est le début d’une belle aventure pour ce vin de complantation riche en devenir.
« La complantation, c’est l’art de conduire ensemble différents cépages mêlés dans une parcelle de vigne jusqu’à pouvoir les récolter et vinifier ensemble »
Ne pas confondre avec l’assemblage… qui constitue une collation finale de divers lots vinifiés séparément… Cette pratique, aussi vieille que la viticulture, tombée en désuétude, intéresse depuis toujours Jean – Pierre et Hugues, car il s’agit d’un véritable moyen de mettre le terroir en valeur. Elle redevient d’actualité dans le vignoble alsacien grâce à la foi en la complantation de quelques viticulteurs.

Le vigneron Stève Jean Siegler

Le Clos croit en surface en 1988 lorsque Juliette, (épouse de Jean-Pierre) la grand-mère de Stève Jean arrête de cultiver son jardin, l’âge avançant.
Hugues (fils de Jean Pierre et Juliette) convertit les 6 ares de potager en vignes qui s’ajoutent à la surface initiale des 18 ares du Clos, pour le plus grand plaisir des amateurs, ravis des quelques bouteilles en plus disponibles à la vente d’un vin confidentiel en terme de volume.
Dommage que le jardin n’eût pas été plus grand !

Hugues aménage la nouvelle surface du Clos en plantant en alternance des lignes par variété de raisin. Il installe à l’entrée un jardin miniature comprenant tous les cépages alsaciens. Son but est de montrer aux nombreux visiteurs les différents cépages sur pieds… Précurseur de l’œnotourisme avant la création du terme si connu aujourd’hui, il est désireux de présenter et d’expliquer avec pédagogie la richesse et la diversité du vignoble alsacien ainsi que de présenter au mieux son propre domaine.

Le jardin miniature, à l'entrée du Domaine, comprenant les principaux cépages alsaciens

Le maitre mot des Siegler père et fils est l’équilibre avant tout

Le terroir à dominante argilo-calcaire sur un sol de coloris brun, bien entendu, est complanté comme au Moyen Age avec l’encépagement suivant :

  • Riesling 50%
  • Muscat 15%
  • Gewurztraminer 15%
  • Pinot Gris 15%
  • Pinot Blanc 5%

La culture quasi artisanale du Clos produit environ 1800 à 2000 bouteilles selon les aléas climatiques des millésimes.
Tous les vins du domaine bénéficient en fait des mêmes soins que ceux apportés aux vins du Clos. Le Domaine vise à élaborer avec constance des vins de haute qualité gustative, le maitre mot des Siegler père et fils est l’équilibre avant tout, associé à une belle fraicheur naturelle et complexe, provenant de raisins cultivés en agriculture raisonnée avec un rendement limité.

Le Clos est ceint de murs en plein cœur du domaine au centre de Mittelwihr et bénéficie d’un grand plus… Sa proximité avec la maison familiale fait qu’il est traité comme un jardin. On y travaille volontiers tôt le matin, en fin de soirée, en dehors des heures habituelles de travail dans un esprit Zen dont les ondes irriguent le Clos.

Ce Clos voulu convivial, accueille tous les ans les convives du pique-nique chez le vigneron, on y dresse des tables dans les rangs de vignes, et l’espace de quelques heures, il devient un lieu festif pour déguster tous les vins de la propriété.

La vinification du Clos se veut classique, Stève Jean et Hugues recherchent comme déjà précisé l’équilibre presque parfait entre la balance : sucre – acidité – alcool – salinité. Je retrouve parfaitement cet équilibre en goutant le vin du Clos 2017.

Les amateurs du Clos qualifient ce vin de « vin universel », ce qui, vous en conviendrez, est un bel hommage.
L’avantage est de ne pas se perdre en conjectures sur le choix de tel ou tel vin, de cépage ou de grand cru, en adéquation avec le met du jour. Le choix d’une bouteille de Clos des terres brunes clôt le débat en quelque sorte…

Le Clos se définit comme un vin sec, et en « même temps » aromatique, l’art parfait de résoudre la quadrature du cercle lors des choix cornéliens d’accords mets et vin.

Les écoliers de Mittelwihr découvrent les vendanges

Jean Siegler positionne le Clos comme un vin hors catégorie, un peu hors du commun. Ce n’est pas un vin de cépage, ni un vin d’assemblage, ni un grand cru, une sorte d’Ovni dans le firmament alsacien. C’est sans aucun doute un vin d’amateur curieux hors des grandes et belles familles classiques des vins de cépages, des lieux dits et des grands crus.

Le Clos est un « vin de jardin » avec toutes les valeurs humanistes présentes dans notre imaginaire à l’évocation du mot jardin… Souhaitons que pour notre plus grand bonheur, le jardin du Clos soit toujours aussi bien soigné et cultivé par Hugues et Stève Jean.

Une cuvée rare avec seulement 1800 à 2000 bouteilles produites chaque année