Vins d'Alsace
présente

#LiveVendanges – Résumé jour 6

Le repas des vendangeurs à Dambach-la-Ville

Pour le domaine Charles Frey, à Dambach-la-Ville, c’est la fin des vendanges. Elles ont démarré le 15 septembre avec les crémants. Aujourd’hui c’est la récolte des derniers Pinots Gris sur le Grand Cru Frankstein. Dans les vignes, l’ambiance est bonne. Il n’y a que des habitués : des amis de la famille et des amis d’amis. Catherine, après plusieurs saisons de vendange avec la famille Frey aime rendre ce moment agréable et joyeux. Elle invite la quinzaine de vendangeurs à reprendre en chœur les chansons qui ont été entonnées pendant ces quinze dernières journées de récoltes.

Pendant ce temps, Dominique Frey aux commandes de son petit tracteur viticole charge les botiches pleines de raisin sur la remorque. Tout sera ramené à son fils ainé Julien, en charge de la cave depuis 2006.

La cave du domaine Charles Frey a un côté original : c’est une cave hors-sol bioclimatique, construite en bois pour garder une température douce toute l’année. Il y a aussi ce petit menhir posé à l’intersection de deux sources souterraines au centre du bâtiment, point vibratoire de la cave, qui diffuse une énergie positive… C’est bon pour le vin et les hommes !

A ce moment de la saison, le travail de cave bat son plein. Les derniers chargements de raisins vont d’abord être pressés. A l’entrée de la cave, il y a 3 pressoirs : deux mécaniques et un pneumatique.

Pour Julien, le pressoir mécanique offre une véritable opportunité de « sortir » des jus de grande qualité. Il arrive à extraire le meilleur du raisin, sans pour autant ramener les goûts indésirables tel que ceux des végétaux ou l’amertume des pépins et de la peau. A chaque réception de raisin, Julien goûte les fruits et fait son choix sur la méthode de pressurage : mécanique ou pneumatique. Il n’y a jamais rien de systématique, tout se fait au feeling, en fonction de la nature du raisin !

Le travail sans ajout de sulfites sur les moûts rend le pressurage délicat. Tout doit se faire rapidement et s’enchainer. Ces jus frais sont fragiles. Ils peuvent être contaminés par des levures ou de mauvaises bactéries. Il faut tout de suite les préserver et les transférer dans les cuves de débourbage.

Il est maintenant midi, les vendangeurs sont de retour au chai. Nathalie, la femme de Dominique a organisé un petit banquet et commandé une choucroute pour célébrer la fin de ces vendanges 2016. Le repas est festif, on chante, on rit… Dominique en profite pour remercier tous ses vendangeurs. Grâce à eux l’ambiance cette année a encore été très bonne. Il est heureux.