Vins d'Alsace
présente

Pierre Jancou : le bistrotier ami des vins vivants

Temps de lecture: 10 min
La Riesling Team Le 26 février 2012
La Riesling Team

A l’occasion de la signature de son premier ouvrage « Vin vivant, portraits de vignerons au naturel »*, nous avons rencontré ce jeune et génial « bistrotier » très apprécié à Paris.

Après la Bocca (1992), la Crèmerie (2001), Racines (2007, Prix Fooding de la meilleure cave à manger), il vient d’ouvrir Vivant dans le Xè arrondissement. Une des tables les plus courues du moment… à réserver absolument.**

De par vos origines, Pierre, vous êtes assez proche de l’Alsace ?

Voisin, puisque je suis d’origine Suisse allemande. Je me sens à la maison en Alsace. Par la culture, l’architecture, l’accent qui ressemble au mien..

La nourriture..

Bien sûr. Il y a les Spaetzle en Alsace et les Spätzeli en Suisse. Nous sommes proches aussi pour la chasse, les animaux chassés, les confitures, la bonne bière. Deux pays magnifiques. J’ai besoin de me ressourcer chez moi deux à trois fois par an.

On peut se mettre à genou devant un grand Riesling !

Que pensez-vous des vins d’Alsace ?

J’adore ce côté micro-cuvée, micro-climat où l’on ne vinifie qu’un seul cépage. Le Riesling est vinifié seul, comme le Gewurztraminer et avec la Bourgogne, l’Alsace est le plus beau pays du Pinot noir. J’aime aussi en vin de soif blanc, l’Edelzwicker.

Dans votre livre, vous mettez en avant quelques vignerons alsaciens ?

J’essaie sans prétention de faire la lumière sur les vins dits bio, naturels, sans soufre ou plus justement sans sulfites ajoutés.
Et je donne la parole à des vignerons qui osent vinifier et élever des vins différents et les clés pour comprendre leur travail. Des vins de parfum digestes, respectueux de notre terre et de notre santé.

Lequel de ces vins d’Alsace pour aller avec les plats de votre carte par exemple ?

Avec mes volailles, je conseille le Pinot noir de Bruno Schuller, au sud de Colmar. Un beau terroir. Sa cuvée s’appelle « le chant des oiseaux »,.. sachant que mon bistrot était une ancienne oisellerie. Je conseille avec un joli foie gras de chez Duperrier, un joli Riesling.
Je n’aime pas l’accord trop commun avec un vin moelleux, je conseille un blanc sec aromatique. On peut se mettre à genou devant un grand Riesling. Je préfère boire les liquoreux, comme le Gewurztraminer après le repas… comme un vin de méditation.

* collection de Bouche à oreille, éditions Alternatives, 12 euros.
** Vivant, 43 rue des petites écuries, Paris 10 è. 01 42 46 43 55 (Fermé le we)