Vins d'Alsace
présente

Ribeauvillé : la cave superlative

Jean de Miscault Conseiller en communication Le 13 juin 2019
Jean de Miscault - Conseiller en communication

Plus ancienne cave coopérative de France, depuis 1895, meilleure cave coopérative en 2016, la Cave de Ribeauvillé multiplie les superlatifs. Aujourd’hui, les coopérateurs de la cité des ménestriers multiplient les initiatives pour rester en tête.

Le magnifique caveau au design contemporain de la Cave de Ribeauvillé

C’est bien connu : c’est quand les choses vont mal qu’il faut se serrer les coudes. Or en 1871, après l’annexion de l’Alsace par l’Empire allemand, tout va mal pour les vignerons de Ribeauvillé. Leurs vins, jusqu’alors très appréciés dans les cours d’Europe du nord, se mélangent désormais au tout venant : la quantité détruit la qualité et menace le vignoble. Quant au marché français, il est devenu inaccessible. C’est dans ce contexte de crise qu’en 1895 tous les vignerons de la Cité des Ménestriers décident de s’associer pour former la Rapportsweiler Winzergenossenschaft. Ils sont alors une centaine. La première cave coopérative d’Alsace venait de naitre. Aujourd’hui, la Cave de Ribeauvillé est bien la plus ancienne cave coopérative de France.

En 1895 tous les vignerons de la Cité (...) décident de s’associer. Ils sont alors une centaine. La première cave coopérative d’Alsace venait de naitre. Aujourd’hui, la Cave de Ribeauvillé est bien la plus ancienne cave coopérative de France.

Scène des vendanges 1955

La cave du presbytère

A l’époque, les coopérateurs s’installent dans la cave du presbytère, en pleine ville. La coopérative permet de passer les décennies difficiles. « On vivotait », tempère Yves Baltenweck, arrière-arrière-petit-fils d’Aloïs Baltenweck, un des fondateurs, et actuel président de la Cave. Dès la fin de la première guerre mondiale, une cinquantaine de vignerons quittent la cave. Ceux qui restent sont principalement les pluriactifs. Pour autant, c’est durant ce même entre-deux-guerres que la coopérative acquiert une première moitié du clos Zahnacker, le clos historique de la commune, célébré depuis le huitième siècle.

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, la coopérative se trouve confrontée à une nouvelle problématique : elle possède deux ans de stocks. Emile Traber est recruté. Sa mission : vendre le stock. Il s’en acquitte si bien, qu’au bout de deux ans, la coopérative de Ribeauvillé manque de vins. Le premier élargissement est alors décidé vers les vignerons de Rodern. A la même époque, le déménagement de la cave est décidé. En 1953, un terrain est acheté à la sortie de Ribeauvillé, au début de la route de Colmar. En 1954, la première récolte est livrée dans la nouvelle cave. Et en 1965, les coopérateurs achètent la deuxième moitié du clos Zahnacker, qui devient monopole de la cave.

Une Cave très investie dans la promotion d'artistes contemporains. Ici dans le Clos du Zahnacker.

Le respect du raisin

Le pli est définitivement pris : coopérative peut aussi rimer avec haute qualité vinicole. En 2001, tous les vignerons de la Cave de Ribeauvillé signent la toute nouvelle charte de qualité, qu’ils ont eux-mêmes élaborée. En voici les principes majeurs : limitation de la densité de plantation, viticulture raisonnée, vendanges manuelles… En 2006, les vendanges à la machine sont interdites et la cave investit dans un tout nouveau vendangeoir gravitationnel. Non seulement les grappes entières sont récoltées mais elles sont aussi pressées entières : ça s’appelle le respect du raisin. Et la vinification parcellaire est généralisée : ça, c’est pour le respect des terroirs.

Evidemment ça aide à conquérir de nouveaux marchés : en France bien sûr, mais aussi en Allemagne ou au Danemark. Les princes ne règnent plus, ou si peu, mais les vins de Ribeauvillé sont de retour sur les meilleures tables européennes. Et, dans les années 2000, la Cave de Ribeauvillé se lance dans le grand export : d’abord les Etats-Unis et de plus en plus l’Asie – Chine, Hong Kong, Japon, Vietnam…

La Cave de Ribeauvillé est désormais régulièrement citée pour le nombre de ses références, la régularité de ses vins, leur diversité… si bien qu’en 2016, la Revue du Vin de France lui accorde le graal ultime : elle est nommée « meilleure cave coopérative de France ». Yves Baltenweck ne fait pas le faux modeste : « C’est très important pour les coopérateurs, mais aussi pour notre personnel : tout le monde se reconnait dans cette distinction. » A commencer par les consommateurs.

Une parcelle de Muscat d'Alsace

Haute Valeur Environnementale

En 2019, une vingtaine d’hectares de vignes de la Cave de Ribeauville sont certifiés bio, soit un peu moins de 10 % de la superficie totale du vignoble. D’ici 2021, une quarantaine d’hectares supplémentaire seront certifiés. Et à l’été 2019, tout le vignoble de la Cave sera certifié Haute Valeur Environnementale (HVE) de niveau 3. Réduction drastique des phytosanitaires, enherbement, préservation des haies, plantation d’arbres, pratique de la confusion sexuelle pour combattre le ver de la grappe, limitation des entrants à la vinification… la Cave de Ribeauvillé est la première en Alsace à s’être lancée. « C’est passé comme une lettre à la poste, se réjouit Yves Baltenweck. Nous avions déjà anticipé 90 % des contraintes avec notre charte qualité. Les adhérents étaient prêts. C’est très important pour la conquête des nouveaux marchés. »

Un coffret et des étiquettes crées par l'artiste Rita Orekhova
Grands Crus Osterberg, Kirchberg de Ribeauvillé, Altenberg de Bergheim, Rosacker ou Schoenenbourg, font partie des fleurons de la riche gamme de la Cave.

L’art du vin

Dès les années 1980, la Cave de Ribeauvillé entreprend un rapprochement avec le monde de l’art. Les artistes sont invités à travailler sur les étiquettes des flûtes : Waydelich, Derib, descendant des comtes de Ribeaupierre et connu du grand public pour être le dessinateur de Yakari, ou plus récemment Rita Orekhova, artiste russe de renommée internationale. Et l’assemblage entre art et vin ne s’arrête pas à l’habillage des flacons ou des coffrets. Une grande salle d’exposition est ouverte aux artistes 7 jours sur 7, juste à côté de l’espace de dégustation et directement au-dessus des caves de vieillissement.

Le Clos du Zahnacker, monopole de la cave, complanté de Riesling, Pinot Gris et Gewurztraminer d'Alsace

Fiche d’identité

  • Création en 1895
  • 40 coopérateurs, 235 ha, entre Saint-Hippolyte au nord et Bennwihr au sud.
  • 4 villages : Bergheim, Rorschwihr, Rodern, Saint-Hippolyte.
  • 7 lieux-dits : Mühlforst, Haguenau, Schoffweg, Pflänzer, Silberberg, Oberweingarten, Weingarten.
  • 8 Grands Crus d’Alsace : Gloeckelberg, Altenberg de Bergheim, Osterberg, Kirchberg de Ribeauvillé, Rosacker, Schoenenbourg, Schlossberg, Marckrain.
  • 1 clos : le Zahnacker.